Les 7 raisons d’être fier.e de lire de la littérature jeunesse à plus ou moins 23 balais

« Grandis un peu, Harry Potter c’est pour les bébés. »
« Et sinon tu as lu quoi comme classique ? »
« Ah tu lis Eragon en ce moment ? Moi aussi, mais j’ose pas le dire… »
« La littérature jeunesse c’est pas de la vraie littérature. »
e t c a e t e r a
b l a
b l a
b l a

Je ne sais pas toi, mais de mon côté, je commence à en avoir un peu marre de me prendre ce genre de remarques dans la figure. Ces  réflexions sont plus que fréquentes, et c’est franchement dommage. Alors aujourd’hui j’ai décidé de te donner non pas 5, non pas 10, mais 7 raisons (comme les 7 tomes d’Harry Potter, t’as la ref ?) de relever la tête et avancer avec fierté au milieu de tout ce mépris.

  1. Déjà, toi, au moins, tu lis
    C’est bien sympa de regarder de haut une nana de 23 piges qui pleure encore en lisant Le Prince de sang mêlé, mais est-ce que tout le monde est capable de s’enfiler des centaines de pages en quelques jours, en comprenant toutes les subtilités de l’histoire et de l’écriture ? Si oui, tant mieux. Si non, qu’ils se taisent.giphy5.
  2. Tu abordes parfois (souvent) le monde avec des yeux d’enfant, et c’est BIEN
    Parce que tu gardes une grande capacité d’abstraction qui booste ta créativité et entretient ton imaginaire. Et que ça peut te servir à la fois dans ta vie perso ET professionnelle. Avec toi on ne s’ennuie jamais, tu as toujours de nouvelles idées d’activités, tu crées davantage de choses et tu restes curieux.se. Côté pro, tu fais preuve de plus d’initiatives, tu es pro-actif et, surtout, tu sors des sentiers battus (think outside the box). Et ça, c’est super valorisé en entreprise !giphy6.
    .
  3. Tu voyages (presque) gratuitement
    Vol direct pour Narnia ou l’Alagaësia pour seulement le prix du bouquin et sans les retards et grèves de la SNCF. Quand d’autres dépensent des fortunes pour partir à l’autre bout du monde, toi, tu découvres d’autres univers tout aussi riches, voire plus, en restant sous ton plaid avec une bonne tasse de thé.giphy7.
    .
  4. La littérature jeunesse est aussi riche que la littérature « adulte-classique »
    Hey coucou les sceptiques ! Saviez-vous que Tolkien a écrit Biblo le Hobbit en le pensant comme un conte pour enfant ? Et saviez-vous que des thèses très sérieuses ainsi que des cours ont été tenus sur Harry Potter dans les plus prestigieuses universités du monde ? Même mes profs de Khâgne citaient les contes de Grimm et Les royaumes du nord pendant leurs cours de philo.
    Oui oui.
    Un exemple ?
    « Becoming a hero : Homer to Harry Potter », Luke Taylor, HARVARD, 2013.
    Un autre ?
    « Les langages de JK Rowling », Carole Mulliez, UNIVERSITE DE PARIS IV – SORBONNE, 2009.
    Arrêtez de penser que la littérature jeunesse n’est destinée qu’aux enfants qui s’ennuient. Il y a de véritables problématiques d’écriture, de sens et de symbolique dans beaucoup, beaucoup, d’œuvres de la littérature jeunesse. Ne lui enlevons pas ses lettres de noblesse. Bisous les sceptiques.giphy8.
    .
    .
  5. La littérature jeunesse a également ses propres classiques
    On parlait de Tolkien et JK Rowling ci-dessus, qu’en est-il de Lewis Carroll, les frères Grimm, Perrault, et même Christelle Dabos, Philip Pullman et tant d’autres ? Hum ? À quoi définit-on un « classique de la littérature » ? La portée philosophique des thèmes abordés ? L’écriture ? Le nombre d’exemplaires vendus ? Quelle que soit la définition choisie, la littérature jeunesse remplit les conditions. Et les remplira toujours.giphy9
    .
    .
  6. Tu sauras quoi conseiller à tes gosses et ceux des autres…
    Et leur montrer tes 10 éditions de Peter Pan et ta collection de Chair de Poule. Entre autres.giphy10
    .
    .
  7. Tu n’a pas besoin de te justifier, pour quoi que ce soit, et surtout pas pour tes passions
    Hé oui. Ça parait tout bête mais PERSONNE n’a le droit de te mépriser pour ce que tu lis, regarde à la télé, écoute, bois, manges, aimes. Tout le monde est en droit de ne pas aimer quelque chose, ça ne donne pas le pouvoir de se permettre de juger. Alors sois fier.e de ce que tu lis. Tu réalises l’une des choses les plus importantes : prendre du recul sur toi pour t’ouvrir à de nouveaux univers, sans d’autre aide que ton imagination. Et ça, tout ne monde n’arrive pas à le faire. So, you’re the best. Et les pas contents n’ont qu’à se faire cuire un steak.
    giphy12

Voilà. C’est tout pour moi. Et toi, pourquoi t’es fier.e de lire de la littérature jeunesse ?