Rebelle du désert (T2) – Alwyn Hamilton

– EN BREF –
Rebelle du désert – Trahison // one shot – saga // Alwyn Hamilton // Pocket Jeunesse // 18,90€
Titre VO : Traitor to the throne // Edition lue : VF
Mythologie arabe / Rébellion / Captivité / Doute / Politique

Univers : ♦♦♦♦♦
Ecriture : ♦♦♦♦♦
Personnages : ♦♦♦♦◊
Intrigue : ♦♦♦◊◊

NOTE : 4,25/5 – Excellente lecture !

rebelle du désert T2 les mots d'arva

 RÉSUMÉ –
// Attention, cette chronique porte sur le deuxième tome d’une série. Si vous n’avez pas lu le tome 1, je vous invite à le faire sans plus attendre, et à aller lire ma chronique juste là 🙂 // 
.
Amani et Jin luttent désormais ensemble pour libérer le désert du Miraji. Retenue au coeur du palais du sultan, la guerrière est déterminée à découvrir les secrets du tyran sanguinaire. Mais ce qu’elle apprend ébranle toutes ses convictions… Le sultan est-il le véritable traître ? Et surtout, que cache la mystérieuse disparition de Jin ?

 EN MOINS BREF –

Après la claque que je me suis prise avec le premier tome, il a été difficile pour moi de lire autre chose que la suite de cette saga épique, qui sent le sable chaud et la poudre à canon. Et, comme pour le premier tome, cette lecture a été géniale… mais un peu mitigée.
Après qu’Amani a rejoint la Rébellion aux côtés de Jin, Ahmed et les autres, on débute ce deuxième tome avec le récit de leurs actions. Chaque victoire, même minime, les rapproche de leur but : renverser le sultan tyrannique et ramener la paix dans le désert du Miraji. Sauf que tout ne se passe pas comme prévu. Rapidement, la Rébellion doit faire face à un autre type de danger que les soldats de l’empire : celui de la trahison. Amani se retrouve malgré elle enfermée dans le harem du sultan. Là, les personnes qu’elle rencontre et les discussions qu’elle partage feront peut-être vaciller sa foi en la cause de la Rébellion, cause pour laquelle elle était prête à mourir.

J’ai beaucoup aimé l’évolution du personnage d’Amani, cette jeune femme moitié humaine, moitié Djinn, qui ne peut pas mentir. Coupée du monde extérieur, elle se retrouve confrontée à ses propres doutes, et la manière qu’elle a de les affronter est complexe mais très belle. Sa relation avec le sultan est très intéressante, et j’ai moi-même été prise au jeu de la politique et du questionnement de différentes causes. L’intrigue nous berne, nous lance sur des pistes qui nous paraissent évidentes avant de nous lacérer le cœur. Avec ce titre, La Trahison, on s’attend bien entendu à nous retrouver face à un retournement de veste bien vénère. On pense qu’il viendra d’untel ou d’unetelle… et on se plante sur toute la ligne. Parce que le deuxième tome de Rebelle du désert n’est pas le récit d’une grande trahison, mais celui d’un enchaînement de plus petites. Un mot de travers, un geste mal placé, une intention, un doute… Chaque personnage finit à un moment donné par trahir quelqu’un, ou quelque chose. Et la force de ce roman réside dans le fait que certains assument leurs incartades et tentent de les réparer, quand d’autres se complaisent dans leur malice et continuent à tromper leur monde. Un très bon point, donc, pour la maîtrise de ce procédé uuuuultra utilisé dans la littérature young adult, mais qui ici se retrouve à toutes les échelles de l’histoire, et lui donne une profondeur et une substance bien à elle.

Par contre, je regrette que la majeure partie du récit se soit passée dans le harem du palais. Parce qu’à force d’être enfermée entre quatre murs, Amani finit par tourner en rond… et l’histoire aussi. J’ai parfois trouvé la trame un peu brouillonne, et les personnages secondaires trop absents (normal, en même temps, puisqu’on découvre l’histoire du point de vue d’Amani qui est dans l’incapacité de mettre le nez dehors). Je voyais arriver le moment où j’allais commencer à m’ennuyer. Et puis, les derniers chapitres sont arrivés. ET BAM ! Il me faut la suite. Vite.

En conclusion, le tome 2 de Rebelle du désert oscille entre les défauts d’un tome de transition avec quelques longueurs et un développement virtuose des mouvements de l’échiquier de ce monde empli de magie des sables.

 


Moments chouchous

« Ce n’était qu’un gamin, aussi avide que moi à son âge de croire aux histoires. Même s’il avait l’air plus jeune que je n’avais jamais été. Il n’avait rien à faire là, un fusil à la main. Mais le désert nous transformait en rêveurs armés. »

« Elle n’avait pas été façonnée à la seule fin d’être admirée et convoitée. Elle s’était forgée sans l’aide de quiconque à la seule fin de tromper le monde. Et l’assurance de son pas n’était que l’expression de sa certitude d’être sous-estimée. »

« Seules les intentions les plus sombres appartenaient aux heures les plus noires de la nuit. »

2018-10-22 098019152861007612298..jpg