The Cruel Prince – Holly Black

The Cruel Prince // one-shot – série
Holly Black // Hot key books// 18.99£
fantasy // violence // pouvoir // magie // espionnage

Excellente lecture !

the cruel prince les mots d'arva.png

De quoi ça parle ?

Jude was seven years old when her parents were murdered and she and her two sisters were stolen away to live in the treacherous High Court of Faerie. Ten years later, Jude wants nothing more than to belong there, despite her mortality. But many of the fey despise humans. Especially Prince Cardan, the youngest and wickedest son of the High King.
To win a place at the Court, she must defy him–and face the consequences.
In doing so, she becomes embroiled in palace intrigues and deceptions, discovering her own capacity for bloodshed. But as civil war threatens to drown the Courts of Faerie in violence, Jude will need to risk her life in a dangerous alliance to save her sisters, and Faerie itself.

Traduction FR (faite maison) :

Jude avait sept ans lorsque ses parents furent assassinés et qu’elle et ses deux sœurs furent enlevées pour vivre à la dangereuse Haute Cour du royaume Faerie. Dix ans plus tard, Jude veut plus que tout au monde y trouver sa place, malgré le fait qu’elle soit mortelle. Mais beaucoup de feys méprisent les humains. En particulier le prince Cardan, le plus jeune et abjecte des fils du Haut Roi.
Pour obtenir sa place à la Cour, elle va devoir le défier, et en assumer les conséquences.
Ainsi, elle va se retrouver au cœur des intrigues du palais, vivre des déceptions, et se découvrir un talent certain pour les effusions de sang. Mais alors qu’une guerre civile menace de plonger la noblesse de Faerie dans la violence, Jude devra jouer sa vie dans de dangereuses alliances pour sauver ses sœurs, et le royaume de Faerie lui-même.

Et j’en pense quoi ?

J’ai appris à apprécier ce roman au fur et à mesure de ma lecture. Au début, je dois avouer que j’avais peur. J’avais peur de tomber sur une histoire bidon d’une humaine fascinée par son bourreau ténébreux aux pouvoirs magiques et au charisme ravageur. J’avais peur de lire une réécriture de La belle et la bête sur fond de fantasy moyenâgeuse, dans une forêt enchantée par des forces noires.
Je n’aurais pas pu me tromper davantage.

The cruel prince ne tourne pas autour d’une romance toxique. Ce roman, c’est une plongée dans un monde dur et violent duquel le lecteur ressort difficilement. Un monde où les humains risquent leur vie même en mangeant un fruit, en s’adressant à la mauvaise personne, ou en étant simplement au mauvais endroit, au mauvais moment. Un univers dans lequel même les feys peuvent être inquiétés par des intrigues de cour et des luttes de pouvoir. Holly Black nous emporte sans concession au milieu de ce tourbillon de sang et de coups bas, et il faut avoir le cœur bien accroché pour suivre le rythme. Toutefois, aucune scène de violence, aussi dure et choquante soit elle, n’est gratuite. Toutes servent à l’intrigue et la construction des personnages, et sont élaborées avec finesse, voire avec pudeur. L’auteure ne s’acharne pas sur ses personnages avec plaisir, et c’est ce qui a fait que, pour une fois, j’ai accroché à un univers où se mêlent harcèlement moral, physique, agressions sexuelles et meurtres (alors que, de base, c’est pas vraiment gagné quoi). J’ai donc énormément aimé cette immersion dans le royaume de Fearie où tout semble pouvoir changer subitement suivant le bon vouloir des uns ou des autres.

Parlons-en tiens, des uns et des autres ! Le récit se découvre du point de vue de Jude, à la première personne. Ainsi, on vit avec elle tout ce qu’elle voit, entend, ressent. Et elle n’a pas la vie facile.


“What could I become if I stopped worrying about death, about pain, about anything? If I stopped trying to belong? Instead of being afraid, I could become something to fear.”

Chaque page est une surprise, car les alliances se font et se défont en fonction de la marche de l’histoire, pour finalement se conclure sur un scénario qu’on était loin, très loin, d’avoir prévu. On s’accroche avec Jude à la moindre petite victoire, on essaye de comprendre les menaces passées, présentes et futures, et on se délecte de l’évolution de son caractère. Et parfois, on désapprouve ses actes.


“If I cannot be better than them, I will become so much worse.”

Et c’est là que The cruel prince devient très intéressant. Parce que finalement, tous les personnages sont cruels à leur façon, tout dépend de quel côté de l’épée on se trouve. Chaque personnages a sa propre histoire, et ses propres raisons d’agir de la sorte. Aucun d’eux n’est complètement bon ou mauvais, juste ou tyrannique. Ils sont, telle que la nature les a faits. Et les plus cruels ne sont pas forcément ceux que l’on croit. Sans parler de tour de force, ce roman m’a piégée sur certains pans de l’intrigue, et j’aime être menée en bateau par mes lectures.

En bref, une lecture très dure qui comporte des scènes d’une extrême violence. À ne pas mettre entre toutes les mains ! Mais un roman addictif, des personnages forts et une intrigue bien menée et haletante, même si pas uuultra originale, entre lutte de pouvoir, espionnage et confrontations. Je recommaaaaaande !

2019-01-13 122266898312019513565..jpg

14 commentaires sur « The Cruel Prince – Holly Black »

  1. J’ai lu beaucoup d’avis positifs malgré le côté violent. J’ai été un peu déçue par la saga Les faucheurs, mais je me dis que ça serait l’occasion de renouer avec Holly Black !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.