Diabolic (T1) – SJ Kincaid

Diabolic (t1) // one-shot – série
SJ KINCAID // Edition lue : Bayard / 17,90€
science fiction / lutte de pouvoir / transformations génétiques / romance

Lecture « meh »

diabolic les mots d'arva

De quoi ça parle ?

« Avez-vous déjà observé un tigre ? Il possède une mâchoire assez puissante pour broyer l’homme le plus robuste, des muscles d’acier capables de traquer n’importe quelle créature. Pourtant, lorsqu’il attaque, il donne la mort avec une grâce aérienne. »

Un Diabolic n’est pas humain.
Un Diabolic est programmé pour être fidèle envers une seule personne.
Un Diabolic n’existe que pour protéger son maître.
Quitte à donner sa vie.
Quitte à en prendre d’autres.

Et j’en pense quoi ?

En sortant Diabolic de ma PAL, j’en attendais beaucoup. J’avais lu énormément de bons avis sur ce roman d’anticipation Young adult, et je dois dire que les premières pages annonçaient des promesses qui trouvèrent une résonance toute particulière dans mon cœur d’amatrice de Science-Fiction. Nous sommes projetés d’emblée dans la tête de Némésis, un être aux capacités physiques sur-développées et programmée pour ne protéger qu’une seule et unique personne, une jeune fille de sénateur appelée Sidonia. Némésis est une Diablic, une arme de combat qui ne peut exprimer d’empathie. La vie est plutôt paisible jusqu’au jour où Sidonia est sommée de rejoindre la Cour impériale, car son père a tenu tête à l’empereur. Sachant que leur fille court un danger de mort en se rendant à là-bas, les parents de Sidonia envoient à sa place… Némésis. Dès lors, la Diabolic devra se faire passer pour une humaine, ces créatures dotées de sentiments. Mais tout ne se passera pas comme prévu…

Voilà pour le petit résumé ! Je trouvais nécessaire d’en faire un, étant donné que celui fourni par l’éditeur reste assez énigmatique, et, surtout, j’en avais besoin pour développer ma chronique, et vous dire pourquoi j’ai été déçue par ce roman.

Tout d’abord, j’ai trouvé l’univers trèèèèès effacé. Il m’a fallut une centaine de pages pour comprendre que la « forteresse » des Empyreé (la famille de Sidonia, et, oui, l’accent est à la bonne place) était en fait un vaisseau spatial ! C’est vous dire si les descriptions sont évasives. Puis, tout au long du roman, on croise des « planètes » et des « vaisseaux », mais rien de bien précis. L’univers est flou, ce qui rend difficile la visualisation de l’espace et donc de l’endroit où évoluent les personnages. J’ai même eu beaucoup de mal à savoir QUOI chercher comme iconographie pour illustrer mon article. D’autant que le contexte promettait d’être exceptionnel ! Des humains privilégiés qui vivent dans l’espace alors que les autres, « l’excédent », meurent sur des planètes. Des technologies hors normes que les hommes ne comprennent plus, mais qui régissent quand même leur quotidien. Etc, etc. Il y avait beaucoup de choses à faire avec tout ça, mais c’est retombé comme un soufflé sorti trop tôt du four. J’ai l’impression que l’auteure s’est contentée de nommer les endroits et les protagonistes, pensant cela suffisant pour que le sous-texte se développe de lui-même. Tellement dommage…

Concernant l’intrigue en elle-même, on est sur du vu et revu. Des histoires de Cour, des trahisons, des personnages qui ne sont pas ce qu’ils paraissent être… Mais ça fonctionne plutôt bien dans l’ensemble. J’ai eu envie de connaître la fin de cette histoire et le tome 2 m’intrigue, sans pour autant me tenter.

Ce qui m’a vraiment dérangée au final, c’est l’écriture et la manière dont les éléments sont traités et amenés. Les intrigues sont bancales et sortent un peu de nulle part dans un effet « lapin blanc ». Si, si, vous savez ! Ce lapin qui sort du chapeau magique et réjouit l’auditoire en une fraction de seconde. Là c’est pareil. L’auteure nous apporte des solutions comme si les personnages avaient la science infuse et un œil sur tout. C’est déroutant et pas crédible. En plus de cela, l’écriture en elle-même laisse vraiment à désirer. Il y a trop de répétitions textuelles (en plus de celles présentes en surnombre au niveau scénaristiques). Clairement, quand je lis deux fois la même phrase en deux pages, ça me sort complètement de ma lecture. Mais c’est un sentiment très subjectif, et certains lecteurs ne seront pas d’accord avec moi (et tant mieux) ! J’ai trouvé ça brouillon, et j’avoue avoir lu la fin en diagonal tellement les pensées des personnages, dialogues et descriptions sonnaient faux à mon sens.

TOUTEFOIS, ce livre n’est pas mauvais. L’intrigue est prévisible, certes, mais séduisante. Les personnages et leurs relations sont très simples à appréhender et à suivre, on s’ennuie souvent mais on se régale de certains passages (le seul intérêt pour moi, c’est Némésis et son  évolution, même s’il y a de bonnes longueurs).

En bref, un roman au style brouillon, assez mal maîtrisé et un univers sous-exploité, mais qui a su réunir les ingrédients canoniques du genre pour faire tenir une intrigue sympathique sans être extraordinaire. Déception pour moi 😦

3 commentaires sur « Diabolic (T1) – SJ Kincaid »

  1. Ah, personnellement, je l’ai beaucoup aimé, même si j’ai trouvé la mise en place de l’histoire un peu longuette. J’ai même eu un coup de coeur pour le tome 2 (que je te conseille pas, parce que l’effet « lapin blanc » y est encore plus présent, ce qui m’a un peu dérangée, et pourtant… je l’ai quand même adoré !).
    Je n’ai pas rencontré de problèmes particulières avec la plume (ou, tout du moins, la traduction), mais j’imagine que cela est parfaitement subjectif. Ceci dit, je te rejoins totalement sur l’un des points les plus intéressants : l’évolution de Némésis qui est assez spectaculaire 😉

    Bref, dommage que ça ne l’ait pas fait pour toi 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ton commentaire ! Sincèrement, à la lecture des premières pages je ne demandais qu’à aimer, j’étais vraiment prise par l’histoire. Mais c’est retombé, et je trouve que la romance a trop pris le pas sur des pans plus « hauts » de l’univers et de l’intrigue.
      Et oui clairement pour la question de la plume c’est extrêmement subjectif 🙂

      Aimé par 1 personne

      1. C’est vrai que la romance est très présente, mais comme elle n’est pas trop conventionnelle, ça va encore. En fait, j’ai conscience des défauts de ce livre, mais ils passent au second plan face à l’univers que j’ai adoré ^^.
        Mais bon, tant pis 😉.

        J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.