5000km entre nous – Gaby Dunn & Allison Raskin


AMITIÉ
LGBTQ+

UNIVERSITÉ USA
ADOLESCENCE

received_4502876355286554585380838625860712.png


DE QUOI ÇA PARLE ?

Ava Helmer <ava.helmer@gmail.com>
à Jenny

Chère Meilleure Amie,
C’est le cœur lourd que je t’écris le premier de ce qui sera, j’imagine, une longue série d’e-mails détaillant chaque seconde de nos vies d’étudiantes. Grandis ! Épanouis-toi ! Expérimente des choses pour que je n’aie pas à le faire.
Tu vas me manquer chaque seconde de chaque jour. Je sais déjà que je vais détester tout le monde sauf toi.

Ava Helmer (cette petite brune qui ne te lâche jamais)

Jenny Goldman <jenx1999@gmail.com>
à Ava

On est encore dans la même pièce, espèce de cinglée. Arrête de pleurer.

J. (la blonde hyper embarrassée par les grandes scènes d’émotion)


ET J’EN PENSE QUOI ?

Un grand merci aux éditions Flammarion pour ce service presse. 

Ava et Jenny sont meilleures amies pour la vie, et entrent toutes les deux à l’université… Mais à 5000km de distance ! Elles décident de s’écrire tous les jours, pour se raconter leur grandes victoires et leurs petites défaites, leur quotidien et les surprises de leurs nouvelles vies respectives.

Un joli 3/5 !

J’ai vraiment beaucoup apprécié la forme de ce roman qui, sans être tout à fait innovante, reste rigolote à lire. En effet, le lecteur devient une petite souris discrète qui découvre chaque mot qu’Ava et Jenny s’envoient, au travers de textos et échange de mails. Ca se lit très facilement, et on n’est pas pris au piège de notre TOC du « aaarg je dois finir ce chapitre » !

Concernant le contenu, j’ai beaucoup aimé la relation entre les deux protagonistes. Ava est une jeune femme assez tourmentée, bourrée de tocs et peu sûre d’elle, tandis que Jenny s’épanouit et découvre la vie d’étudiante en la croquant à pleine dent. Schéma finalement assez basique qu’on retrouve dans pas mal de livres abordant le même thème (comme Fangirl de Rainbow Rowell par exemple). Mais c’est assez bien exécuté, et j’ai vraiment pris plaisir à voir ces deux jeunes filles évoluer ensemble malgré la distance géographique qui les sépare. Leurs échanges sont très dynamiques, pleins de réparties, d’humour, de références.. Bref, on s’éclate en lisant ces conversations, et ça sonne très juste ! Vous le savez, je ne supporte pas quand les auteurs se perdent dans les clichés des « jeunes ». Là, on pourrait avoir écrit nous-mêmes ces messages, et ça m’a rendue presque nostalgique de mon adolescence / mes années d’études.

« Harry Potter a été refusé 8 fois avant que Bloomsbury publie l’un des plus beaux cadeaux de l’espèce moldue.
Ne renonce jamais. Ne te rends jamais. »

Par contre, je trouve que l’intrigue manquait un peu de « mordant ». On tourne assez vite en rond, et ça ne décolle jamais vraiment. En même temps, c’est un roman de vie quotidienne à la fac, et la vie d’étudiante n’est pas forcément « extraordinaire ». Elle est remplie de plaisirs simples, de drames qui n’en sont pas et d’obstacles pas si infranchissables que ça, et c’est ce qui m’a touchée dans ce roman ! Par contre, je rejoins Marie de Muffin’s and books sur un point : la couverture met en avant le développement d’une relation homosexuelle, et si cette dernière est bien présente, elle n’est pas le centre de l’histoire. Petite interrogation donc sur la « mauvaise piste » que peut créer la couverture : ce roman n’est PAS une histoire centrée sur la découverte de son orientation sexuelle. C’est un livre qui parle de la vie en général. Parce que, finalement, tous les types de relations se valent : elles blessent, nous font espérer, nous galvanisent, bref, nous font grandir. Ce roman nous le montre parfaitement en n’en faisant pas tout un plat, et c’est génial ! Il en faut plus, des livres comme ça !

En bref, une histoire sans surprise mais très mignonne et rafraîchissante, parfaite pour les fans de Fangirl ou encore de Un peu plus que des amis !

 


LA PLAYLIST DU LIVRE

» You’ve got a friend in me, Randy Newman
You’ve got a friend in me
You’ve got a friend in me
When the road looks rough ahead
And you’re miles and miles
From your nice warm bed
You just remember what your old pal said
Oh you’ve got a friend in me
Yeah, you’ve got a friend in me

 

» Jet lag, Simple Plan
You say « good morning » when it’s midnight
Going out of my head, alone in this bed
Quand je m’endors, tu te réveilles
Et je compte les heures, j’en perds le sommeil

 

» I’ll be there for you, The Rembrandts
Someone to face the day with
Make it through all the rest with
Someone I’ll always laugh with
Even at my worst, I’m best with you, yeah

 

» Hey there, Delilah, Plain White T’s
Hey there, Delilah
You be good, and don’t you miss me
Two more years and you’ll be done with school
And I’ll be makin’ history like I do

3 commentaires sur « 5000km entre nous – Gaby Dunn & Allison Raskin »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.