Heartstopper 1 & 2 – Alice Oseman


HOMOSEXUALITÉ
ADOLESCENCE
COMING-OUT
BD / ROMAN GRAPHIQUE

heartstopper - alice oseman


De quoi ça parle ?

Boy meets boy. Boys become friends. Boys fall in love.
Charlie and Nick are at the same school, but they’ve never met … until one day when they’re made to sit together. They quickly become friends, and soon Charlie is falling hard for Nick, even though he doesn’t think he has a chance.
But love works in surprising ways, and Nick is more interested in Charlie than either of them realised.

Traduction maison (vous commencez à avoir l’habitude mouhihi) :
Un garçon en rencontre un autre. Ils deviennent amis. Et tombent amoureux.
Charlie et Nick côtoient la même école, mais ne se sont jamais croisés… jusqu’à ce jour où ils sont placés l’un à côté de l’autre en classe. Rapidement, ils deviennent amis, et Charlie tombe bientôt sous le charme de Nick, même s’il est persuadé de n’avoir aucune chance.
Mais l’amour nous surprend toujours, et Nick est plus intéressé par Charlie qu’aucun des deux ne l’aurait imaginé.


Et j’en pense quoi ?

J’en pense que ces romans graphiques sont les livres les plus doux de l’univers. Mais avant de vous dire le pourquoi du comment, petite mise en contexte.

Vous le savez, je ne suis pas une grande fan de romance / contemporain. Ce n’est pas que je déteste ce genre, mais j’avoue ne pas avoir la curiosité de me pencher davantage sur ce rayon des librairies, mes envies me poussant toujours vers des pages plus fantasy et SF. Mais ce week-end, j’ai senti ma vie de lectrice prendre un virage assez inattendu (yes, carrément).

J’étais donc à la YALC (Young Adult Literature Convention) à Londres, et je partageais un Air b’n’b avec deux copines, Morgane (oui je sais, je ne peux pas me passer d’elle) et l’adorable Julie du blog My head full of words. Bien entendu, on parle bouquins. Et, voyant que j’étais assez carrément néophyte concernant la romance / les contemporains, et surtout Alice Oseman qui est une des références du genre, elles m’ont gentiment conseillé mis de force le tome 1 de Heartstopper dans les mains. Comme elles ont bien fait… Je dévore ce premier volet le samedi soir, m’achète le deuxième le lendemain matin et le savoure dans la foulée l’après-midi. Je tiens donc à annoncer qu’en plus d’avoir eu un véritable coup de cœur pour cette histoire gay, j’ai aujourd’hui envie d’ouvrir mes horizons livresques. Alors merci les filles, du fond du cœur !

Maintenant que la petite digression est terminée, parlons de cette pépite.Heartstopper, c’est l’histoire de Charlie et Nick. D’un côté, on a le jeune gay introverti mais qui assume ce qu’il est (c’est à dire : a-do-rable), batteur, un peu geek sur les bords et bon élève ; de l’autre, Nick, un garçon solaire, rugbyman, ouvert et plein d’enthousiasme. Au contact de Charlie, ce dernier va se découvrir, apprendre à se connaître. Leur histoire est juste tellement touchante, mais surtout : elle sonne vraie. J’ai vraiment eu l’impression d’assister à ces scènes de vie quotidienne (le lycée, les soirée entre amis, les nuits à s’envoyer des messages…). Bref, Alice Oseman a réussi à me faire ressentir tellement de choses en si peu de mots. Même ses dessins (parce que oui, c’est elle qui dessine), presque minimalistes, participent à ce tourbillon d’émotions que je me suis pris en pleine tronche, sans que ce soit violent pour autant.
Parce que tout est tellement… doux. Même si mon cœur s’est serré par moment, ça n’a pas été « douloureux ». Cette histoire est racontée avec une telle finesse que j’en ai encore le sourire en y repensant.

 

J’ai tout de même un petit « bémol » à émettre (pardooon). Soyons clair : je trouve qu’il est important de représenter les différentes orientations sexuelles dans la littérature (et partout en général). Il se trouve que ce roman graphique le fait d’une magnifique manière. Mais j’ai parfois trouvé que les personnages et leur histoire étaient des prétexte à « faire passer un message », dans le sens où, parfois, je n’entendais pas Nick ou Charlie, mais plutôt Alice. Alors, oui, c’est très important de dire que c’est OK de ne pas savoir qui on est, c’est OK de se sentir bien, mal, triste, en colère, aimé, rejeté… Mais, sans que cela ne me dérange, les personnages ont parfois la voix de l’auteure qui s’adresse à ses lecteurs, et c’est quelque chose qui a tendance à me sortir un peu de ma lecture, quel que soit le genre.

Mais bon, ces deux amours sont tellement drôles, adorables et touchants que je plonge tête la première et que j’en redemande !

Je recommande x1000 !

heartstopper

PS : vous pouvez lire cette magnifique histoire sur le Tumblr de l’auteur juste ici : https://heartstoppercomic.tumblr.com/  (perso, j’attends la sortie des prochains livres, je préfère lire sur papier. Enfin, on en reparle dans deux jours, parce que d’ici là j’aurai certainement craquée.)
PSS : ces romans graphiques seront bientôt traduits en France !

12 commentaires sur « Heartstopper 1 & 2 – Alice Oseman »

  1. J’ai survolé ta chronique parce que j’ai envie de le lire dès que possible !
    Quel bonheur d’ailleurs en travaillant mon programme de nouveautés à la librairie de voir le tome 1 ! Du coup il sort le 9 octobre 🙂 très hâte !

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.