THE QUEEN OF NOTHING – HOLLY BLACK


FANTASY
LUTTE DE POUVOIR
ROMANCE
MAGIE

wp-15773878831156640488855958076810.jpg

ATTENTION : La chronique qui suit concerne le tome final de la trilogie The folk of the air (aka The Cruel Prince) écrite par Holly Black. Elle suppose donc que vous êtes à jour sur les deux tomes précédents, car je risque de spoiler ce qui s’y déroule, notamment la fin du tome 2. Pour ceux qui ne connaissent pas cette saga, vous pouvez aller lire sans crainte ma chronique du tome 1. Le premier tome paraîtra en France en avril 2020 ! Pour les autres, je vous laisse avec mon avis sur ce chapitre final, qui m’a un peu déçue.


DE QUOI ÇA PARLE ?

Power is much easier to acquire than it is to hold onto. Jude learned this lesson when she released her control over the wicked king, Cardan, in exchange for immeasurable power.

Now as the exiled mortal Queen of Faerie, Jude is powerless and left reeling from Cardan’s betrayal. She bides her time determined to reclaim everything he took from her. Opportunity arrives in the form of her deceptive twin sister, Taryn, whose mortal life is in peril.

Jude must risk venturing back into the treacherous Faerie Court, and confront her lingering feelings for Cardan, if she wishes to save her sister. But Elfhame is not as she left it. War is brewing. As Jude slips deep within enemy lines she becomes ensnared in the conflict’s bloody politics.


ET J’EN PENSE QUOI ?

Ma note : 3/5

The Queen of Nothing était l’un des livres que j’attendais le plus en 2019. Après avoir succombé au charme de The Cruel Prince, la fin de The Wicked King m’a mise sur les fesses. Pourquoi Cardan a-t-il exilé Jude ? Est-ce qu’elle est vraiment la reine d’Elfhame ? Est-ce que c’est la guerre ? MAIS WTF IL SE PASSE KOAAA LAAAA ???!!!. Bref, tous mes instincts de lectrice n’aspiraient qu’à une seule chose : connaître la suite. Et vite. Dans le tome 2, l’intrigue montait en puissance, la tension entre les différentes parties prenantes tant sur le plan politique que sentimental atteignait son paroxysme, et on se retrouvait à bout de souffle, ne sachant pas si tout allait basculer. Bref, lorsque que j’ai reçu ma commande, j’ai plongé tête baissée. Et j’en ressors déçue.

Tout d’abord, je suis triste qu’Holly Black n’ait pas poussé le jeu de la politique à son terme. En effet, le royaume d’Elfhame a un fonctionnement très particulier, avec cette histoire de couronne de sang, de Cours majeures et mineures, de différents peuples qui aspirent tous à tirer les ficelles du pouvoir. Cette manipulation constante de tout le monde par tout le monde est quasiment absente du dernier tome. Tout roule, les protagonistes traversent les complications comme un couteau dans du beurre, et je n’ai pas retrouvé la complexité de l’univers qui était pourtant si bien rendue dans les deux précédents tomes.

Ce qui m’a beaucoup manqué également, ce sont les descriptions. Dans les tomes 1 et 2, on découvrait au fil des pages de véritables tableaux, pleins de couleurs, d’odeurs et de bruits. Là, on saute d’un action à l’autre sans prendre le temps de contempler la magie des lieux. Ce qui donne un livre court et assez monotone. Dommage.

L’intrigue. Bon. Elle n’est pas mauvaise. Mais elle manque clairement de surprise. Tout est assez attendu et entendu, et ça ne vole pas très haut alors que BORDEL il y avait un tel potentiel *frappe du pied par terre telle une enfant de 4 ans*. Les personnages sont tous comme éteints pour faciliter le dénouement. Dénouement que je trouve plutôt OK mais qui manque de saveur.

En fait, j’ai l’impression que l’autrice n’avait plus assez de jus pour tenir la cadence imposée par The cruel Prince et The wicked King qui ont été deux coups de cœur. The Queen of nothing manque cruellement du souffle épique et du mordant qui caractérisaient ses prédécesseurs, et c’est tellement, mais TELLEMENT, dommage… J’ai l’impression qu’Holly Black l’a écrit trop vite, ce bouquin.(moins d’un an entre la parution du T2 et T3). Mais aussi qu’elle s’est laissée un peu trop prendre au jeu du fanservice, volontairement ou pas. Cette conclusion est donc une déception pour moi, même si la saga dans son ensemble fait partie de mes meilleures découvertes fantasy YA de ces dernières années !

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.